RAADS-14 Screen

Voici un test de dépistage visant à faciliter le diagnostic, chez l'adulte, du syndrome d'Asperger, qui est une forme d'autisme dit de haut niveau.

Il a été développé par la psychiatre Susanne Bejerot du Karolinska Institutet (Suède) et ses collègues à partir d'un test américain existant, l'Échelle diagnostique de l'autisme et de l'Asperger de Ritvo - révisée (RAADS-R). La nouvelle version, désignée par l'acronyme RAADS-14 Screen, comporte 14 questions et évalue trois caractéristiques de l'autisme.

L'autisme et le syndrome d'Asperger peuvent être difficiles à distinguer d'autres troubles psychiatriques car ils ont souvent plusieurs symptômes en commun, souligne la chercheuse. Une étude de validation du test montre qu'il permet de différencier les troubles du spectre autistique des autres troubles psychiatriques.

Choisissez l'une des alternative suivante :
Vrai maintenant et quand j'étais jeune.
Vrai seulement maintenant (fait références aux compétences acquises).
Vrai seulement avant mes 16 ans.
Jamais vrai.

Répondez aux questions en vous rapprochant le plus possible avec ce qui est vrai pour vous.

Questionnaire

Dans l'étude de validation du test, 135 adultes d'intelligence normale ayant déjà reçu un diagnostic d'autisme ou de syndrome d'Asperger ont obtenu une médiane de 32.

Les participants qui avaient reçu un diagnostic de trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ont obtenu une médiane de 15; ceux qui avaient d'autres diagnostics psychiatriques, une médiane de 11; et ceux qui n'avaient aucun diagnostic en santé mentale, une médiane de 3.

Un score de 14 ou plus identifiait 97% des participants ayant un diagnostic de trouble autistique et excluait correctement 95% des personnes qui n'ont aucun diagnotic psychiatrique (5% étaient ainsi identifiées à tort comme atteintes du syndrome d'Asperger); il excluait correctement 46% des personnes atteintes du TDAH et 64% de celles ayant d'autres diagnostics psychiatriques (mais soulignent les auteurs, il est possible que certaines de ces personnes aient eu effectivement un syndrome d'Asperger non diagnostiqué).